31 mai 2008

Stations pour M.G.

         Jardins en désert

1)

Horizon…

Parallèles.

Méridiens.

Parallèles & méridiens.

Quelles frontières pour un errant?

Bois cendre et souche.

Cailloutis.

L’ombre.

2)

Du tout il y a sang

il y a terre

il y a sang et terre

l’absence l’absence fait étendue. 

3)

Vie assidue.

Malgré-temps.

Malgré-tue.

Mousse en  désert.

4)

Hors tout…

                         …l’adresse

Nom sans visage.

Nom à dire le passé.

Nom fait souche et débord.

5)

L’en allée d’un effaçant chemin

: Poucet…

 

Un paysage avec atelier

25 mars 2008

« … Si seulement ce n’était qu’une histoire de racines… »

Se noue avec l’âge, se prolonge, use les nuits.

Notre part

: l’obscurité.

Le noir.

L’œuvre au noir.

Foyer.

Fait d’un champ clos le temps du monde.

 

Le loup gris du vieil hiver.

  

Comment revenaient-ils de la traque ?

  

Dans mon souvenir

: la neige.

                  Au plus sombre les oiseaux 

et les arbres

                   grands engriffés.

Neige.

Vent.

Bat l’enseigne de l’auberge.

L’en-signe.

Drôles. 

Drôles jouent sur l’étang gelé.

Neige.

Vent.

  

Temps de massacre.

Temps des innocents.

Temps de tous les temps.

                                           « …Prend le loup gris… »

 

Ton pas mal assuré sur les pavés

Ton

         pas mal assuré

                                   sûr…

Pavés…

Le froid de l’air .

La pierre grise de la cathédrale .

L’inachevé…

 

S’attarde, hésite, exile, annonce les disparitions… 

  

Ce jour

                tu t’arrêtes devant l’édition des poésies de Milosz – photographie jaunie : il est avec Jean de Boschère près d’une volière. Un gros oiseau à leurs pieds. Cette photo.

  

Et le nom d’André Silvaire.

Etrange éclat.

Quel jeu dans le regard ou… dire ?

L’homme.

L’argent.

La voix ne laisse pas de trace… sauf chez  qui l’a entendue.

Mais dans l’hiver qui écoute ?

                 Gérard Fournaison, mars 2008

Invitation

15 mars 2008

Lecteur, de toute urgence

et pour sa qualité

visite

: http://alainrobinet.unblog.fr/

Merci

G.F.

1 février 2008

                               Suite 

…quelle recherche pour ce jour

et quels pas sur la plage en hiver

le temps est à venir et dans son singulier

traine vague après vague de sablier les êtres

racines

                     abandon

bois secs 

                de tous les sels

                                              08/01/2008

…et ce remue ménage dans les secrets

le divulgué en général

transparence des uniformes

transes

             parents

                          amours nues

vieux trompe l’oeil de plafond

ça, jadis, dans les hôtels

et les miroirs ?

                             de quels ?

ce que tu cherches au moins galet

tout sable écarté

lisse

comme l’errance  

                  

                                                21/01/2008

 … de ça tout convaincu dans le silence

un pas étrange du savoir ne dit recherche qu’en sa nuit

des dates

                   des accords

                                            des images

la demande des archivistes

un passage de vides et de liens sur des pages et des pages

ce qu’il faut laisser dire pour un naufrage de papier

pélerinage de cordes

                                           de temps lisses

ou lys  

             …fleur s’attarde 

                                            nos rêves

passée du passé

                                   passées des passés…

…inventent une archéologie de suites  sentes des profondeurs  terrain

et ce cadran solaire du songe quand tout crédit s’effondre et crise dans l’explosion du jour et de l’exil…

…dit : »…c’est  fleur d’enfants morts… »

et tu entends Gustav Mahler…

  

                                               25/01/2008

 …dit encore: »… il y aura milliers de pages et des milliers

après passage et mort pilon… »

moulins de rangs et plus

                                               s’attardent aux chiffons

froissés d’alpha et parchemin

                                                     trafic du toucher

où te pense

                         autre écart

un pas      

                …lumière à l’infini

ce tout, que tu ne cherches pas.

  

                                                 31/01/ 2008

incertain d’heure

le jour précisément qui se découvre à peine

volets clos

                       une erreur de lumière les rideaux le chat en jeu des laines et des soies

le monde dans un souffle

ses origines…

 s’y perdre

           « …elle aurait bien voulu mais l’inconnu… »

fable

               toute rivière et tout feuillage

                                                                    le toi son

elle aurait bien voulu

                                    comme au retour d’un long voyage

ou de l’errance dans la ville 

un « …oui, je veux bien, oui… » inoubliable en fin des temps

dans l’attention de l’attention

murmure sans doute dit d’avenir

comme on annonce une oeuvre ou sa légende loin

ritournelle et silence avant suite des variations… 

                                                                        G.Fournaison

28 janvier 2008

                        Synopsis

…en désordre de vie     en décousu

                l’espérance  

berce le mouvement   

: la reconnais-tu ?

           ***  

 l’évasion égare  

les assauts provoqués échappent au temps.

          ***   

 se contenter des réponses d’emprunt

abolit les chemins sans issue  

( leur nécessité : un désir  

 – disent la divination.

          ***    

flamme de la bougie   

– brise vient

                                malicieuse, se manifeste…

nuit.

          ***      

nostalgie de la lampe

s’accompagne vif-argent

 ou chaîne.

          *** 

fenêtre.   

 « …parfois les flots… »     

                             noir.

          *** 

le tumulte serait inévitable.          

            ***

de la torche   

« …l’ombre repose les feux…

          – sauvage est l’attente

sauvage l’attente du gouffre –

       …sur la condamnation des sans espoir…  »   

                                                      aveugle éternité.  

        

               *** 

de la malédiction s’affranchir

                                et traverser.

   « …au retour…     

                            …ils jaillissent des abois 

                                           …dans les rêves… »

          ***

ombres sur les marais

jeu de l’heure et du vent –

incessante disparition –

et le vide

                  sans l’éveil

          ***

temps de croule

obscurité qui…

     « …resserrés de lumière abolis carillons… »      

          *** 

échos des siècles : dans leur cohorte

                                 un jour

                la tempête devient sagesse

« …ne trouvent pas l’humus des cimes              

                              …la hauteur dans le crépuscule 

                            …le soupir… »

          ***  

  le silence                             le dire

  ou le sommeil des commencements

  une clarté humaine ou glacée

  infidèle vigilance

           ***  

 le pas garde là son lointain.   

                                  « …leur monde… »   

          ***   

                 forteresse

                : attise la guerre

  

                brûlis de landes et de bûchers

                feux de sables et de bitûmes

                cheval de ruse

                                     « …les tours tomberont… » 

          ***

 l’Histoire :   

      tu y demeures, par sa forme habité,

      pour un éclat qui lui est… 

                

          …bivouacs se resserrent.

             lisières brûlent et bruissent.

                     le sol originel.

                                     le repos.

  

                « …solitude dormante            

                                                   …impénétrable… 

                                     …nue… »

                      Entrée des vieillards…  

                                 G.Fournaison (01/2008)

11 janvier 2008

     la saison loin dit rêve

     la saison loin dérive

     la raison loin dit sève

     la raison

                          loin des rives

     désordre de plein pied

     désordre de plein et délié

     cris

               et plus encore

                                             cheveux tirés

     lame

                  tresses

     lame et tresses

     larmes et détresse

     à savoir       drames les …

     « …jamais plus… jamais plus… » 

     Nevers         

                         Mort

     …Hiroshima

                              Hiroshima…

  

   Ecrits…

               

               … Des illusions.

                                G. Fournaison

Guy Teste, poèmes à Cy Twombly

7 décembre 2007

Guy Teste, 3 poèmes à Cy Twombly.

1) retenir

les lignes rousses de la main

pour quelques instants

entre ombre et cendres

sous des amas de brindilles

mots peut-être à lire

plis précieux

fuselant l’une à l’autre

les parallèles

***

2) incisif et digital

cependant bien dans la forme

comme un vent léger

pourtant intarissable

quête sa source

grain à grain détourné

le voulu se perd

aux limites incertaines

du désir

***

3) ainsi le timbre grêle

  d’une gare matinale

  fissure le temps

 et souvent le bocage

 au sein de l’opacité

 nuit désirée malgré tout

 à l’issue d’un jour sans hâte

 injonction porteuse de lumière

 hors les murs

                        Trois extraits de Entre Taire et Brûler  (éditions G&g).

 

4 décembre 2007

            Chemin sans importance.

            Une nuit.

            Quelle?

            Et cette réserve         ne s’emporte pas .

            Sur la voie      

                                    neige 

                                    branches nues      

                                    balises 

              pensée la vie        comme les toiles de Guillaumin.

              Oiseau bavard sur  barrière  

              ou ce qui reste

                                             après.

 

              De tout or il aurait voulu

              Evider le réel stigmate…

              …équivalence vérité…

             Se dit de vie ancrée.

             Et le vieil homme dans l’étrange

             passe.

     

                               Serait d’une histoire de pie.

             Vol costumée.    Opéra songe…

           

             Au pied du gibet danserons…

                                                    G.Fournaison.  05/12/2007.   

 

Lumen : Petite planète N° 141, située entre Mars et Jupiter. Périodicité 1591 jours, découverte par Prosper Henry en 1875. (D’après Camille Flammarion, Astronomie Populaire, édition de 1881!)

12